Polyphonic worlds: justice as medium

Le Garage (point de départ)

Le Garage, un centre d'art contemporain situé à proximité directe de la cathédrale Saint-Rombaut, est un lieu d'importance pour la Biennale Contour 8. Transformé en cube blanc, le site se souvient de ses incarnations antérieures en tant qu'auberge pour les hôtes aristocratiques, de boucherie, de brasserie et de parking municipal. Le Garage, qui propose un programme annuel d'expositions d'art contemporain, a également joué un rôle important lors des éditions précédentes de la biennale, en tant que lieu associé au Centre culturel de Malines.

La maison échevinale

La maison échevinale sur la place principale de la ville, datant du XIII e siècle, est probablement l'hôtel de ville de pierre le plus ancien de Belgique. Des éléments gothiques ont été ajoutés à cette structure emblématique au cours du siècle suivant. En raison de l'importance géopolitique croissante de Malines, la Maison échevinale est restée au cœur de l'activité quotidienne de l'administration régionale ; elle a en outre accueilli les activités judiciaires après l'instauration du Grand Conseil de Malines au XV e siècle. Jusqu'au déménagement de ce dernier à la Cour de Savoye en 1616, ce bâtiment symbolisait l'adage populaire lié aux litiges juridiques : « Allons à Malines ! » – porter l'affaire devant cet influent tribunal des Pays-Bas s'imposait en dernier recours. Deux peintures murales ornant la salle d'audience où se réunissait le Grand Conseil, représentent respectivement la Crucifixion et le Jugement dernier. Dans la seconde œuvre est incrustée un miroir qui reflétait le Conseil en session. En tant qu'allégories divines et exemplia iusticiae, ces représentations étaient censées inciter les juges à rendre un verdict juste. Au fil des années, plusieurs espaces du bâtiment à trois étages ont servi de prison, d'école d'escrime, d'académie artistique et d'archives municipales. Lors de cette édition, la Biennale occupera pour la première fois l'ensemble du bâtiment.

La Maison du Grand Saumon

La maison du Grand Saumon, située au bord de l'eau, est l'un des plus beaux exemples de l'architecture des débuts de la Renaissance dans les Pays-Bas. Malines, également appelée « la ville sur la Dyle », a toujours été un centre important de commerce et de transport fluvial. À partir de cet héritage, la Biennale examine les liens avec l'État colonial néolibéral, les cours d'eau et le secteur extractif. En remplacement d'un bâtiment appartenant à un couvent accueillant les lépreux, la maison fut construite pour la corporation des pêcheurs – au-dessus de la porte d'entrée figure toujours un saumon doré, symbole de la richesse des corporations flamandes et de leur aptitude à se constituer des réseaux commerciaux internationaux.

Cour de Savoye

La Cour de Savoye édifice de style Renaissance datant du XVIe siècle, fut réaménagée pour devenir le palais de Marguerite d'Autriche, Gouvernante générale des Pays-Bas sous les Habsbourg ; le bâtiment abrite actuellement les tribunaux correctionnel et de première instance de la ville. La façade est décorée d'une statue de la Justice, mettant en évidence les notions implicites de jugement équilibré et de représentation de la vérité qui sont remises en question dans ce lieu. Marguerite était une mécène des arts et de la musique et recevait de grands noms de la Renaissance, dont les peintres Bernard van Orley, Jan Gossaert et Albrecht Dürer, ainsi que des humanistes tels qu'Érasme. La musique polyphonique franco-flamande fleurissait à la cour de Habsbourg-Bourgogne, où résonnaient les compositions de, entre autres, Pierre de la Rue, Josquin des Prez, Johannes Ockeghem et Jacob Obrecht. La texture de la musique polyphonique se fonde sur l'équivalence de voix différentes chantant ou jouant simultanément, créant une communauté intrinsèque dans laquelle chaque partie vocale en arrive à une interrelation unique avec l'ensemble. Le scribe préféré de Marguerite d'Autriche – un calligraphe musical, instrumentiste et ingénieur minier qui se faisait appeler Petrus Alamire (l'association des notes de musique a-la-mi-ré) – réalisa plusieurs manuscrits richement enluminés, chargés d'une fonction diplomatique stratégique pour l'établissement de l'image de la souveraine dans les réseaux de gouvernance d'Europe. Alamire était un personnage mystérieux dont on affirme aussi qu'il était espion – ou plutôt agent double. Les artistes de la Biennale Contour 8 occupent la salle des pas perdus du tribunal de première instance (l'ancienne salle du trône) et le jardin baroque.

Maison De Clippel

La Maison De Clippel, également appelée « L'Impératrice », est une maison de maître du XVe siècle qui a servi de résidence privée à plusieurs familles nobles néerlandaises, puis d'hôtel et de bar à vin. Le bâtiment est depuis 1890 la propriété de la famille Michiels, qui a fourni plusieurs générations d'horlogers à la ville. La réputation de cette famille remonte à 1860, l'année où Edward Michiels mit au point un mécanisme pour les horloges de tour électriques. Son petit-fils Luc Michiels dirige toujours un atelier, prolongé par un jardin intérieur fleuri, où des moteurs d'horloges essoufflés, des aiguilles des minutes, des cloches de tour et d'immenses cadrans attendent d'être réparés et d'être remis en fonction. Pendant la Biennale Contour 8, la cave à vin de la maison devient une zone océanique où des intervenants bioluminescents contribuent à la justice environnementale.

L' entrepôt industriel et site d'économie sociale

En dehors du centre de la ville, l'entrepôt industriel et site d'économie sociale est le dernier lieu de la Biennale Contour 8. Cette ancienne usine de mobilier est actuellement un site exploité collectivement par un atelier social cycliste et de menuiserie, et un groupe de théâtre expérimental. Depuis la fin des années 1970, la maison de jeunes populaire ROJM partage aussi les lieux. La Biennale y réunit des œuvres commandées exprimant une poétique commune autour des modes de travail informels, des rapports subordonnés postindustriels et de l'autogouvernance. Le phare et la frontière coloniale sont mis en résonance avec les fonctions multiples de ce site aux nombreuses facettes, au service de divers groupes démographiques de Malines.

Evenements

26-04-2017 — 05:04

Nocturne

Op woensdag 26 april organiseert Contour Biennale 8 een nocturne. Alle locaties zijn dan geopend van 17 tot 21 uur: een ideaal moment om de biënnale te bezoeken naast de gangbare openingsuren. Je kan ook tijdens deze avond een gids reserveren via contour@nona.be

20-03-2017 — 04:03

Café Univers

Café Univers is a nomadic radio project by Syma Tariq and Francesca Savoldi hosted during the opening weekend of Contour Biennale 8.

The episodes navigate mainstream radio stations via the Radio Garden, with biennale artists, guests and passersby warmly invited to contribute. The project melds sonic exploration of south/south solidarity and the collapsing of physical/digital spaces via the changing format of radio. It hopes to address questions such as: What is the relationship between music and social justice? In what ways does music (re)territorialise and bind the diaspora? Whose sound is it anyway?

The project is supported by Radio Apartment 22 (R22), founded by Abdellah Karroum in Rabat. Edited episodes of the audio recorded will be published on R22 and the Contour Biennale 8 website.

20-03-2017 — 03:03

Lerarendag

Op zondag 19 maart organiseerden Contour Biennale 8 en OP.RECHT.MECHELEN. de Contour Biennale 8 lerarendag in samenwerking met Klasse. De educatieve werking van de biënnale werd er voorgesteld. De educatie map is vanaf nu beschikbaar op onze website.

13-03-2017 — 07:03

The Stealing C*nt$ and Toxic Sovereignty

Le Karrabing Film Collective (Gavin Bianamu, Rex Edmunds, Elizabeth A. Povinelli, Ben Williams) présente le film The Stealing C*nt$ and Toxic Sovereignty qui sera projeté à la Fondation Boghossian dans le cadre de leur participation à la Biennale Contour 8. La projection sera suivie d’une conversation modérée par Natasha Ginwala.

11-03-2017 — 07:03

Public Programme

Hearings

06-03-2017

Video Temporality and Hindsight Evidence

Since 1991, when Rodney King’s beating was captured on video by a civilian named George Holliday, the medium’s use as legal evidence has increased immensely. Understanding the functions and consequences of this shift demands a deep consideration of video’s relationship to temporality and memory. For years, artists and media theorists have been pursuing this question. […]

06-03-2017

L for Lai Teck

A fleet of illegible and nameless specters haunts the political landscapes of early and mid-twentieth-century Southeast Asia. British Special Branch reports from this period tended to present its Communist enemies as faceless statistical digits, revealing few personal details about them. The abstraction of these reports is further exacerbated by the fact that the most frequent […]

06-03-2017

Diaoptasia – Our Future Will Be

Fractures can sometimes be identified As light falls on its aching path How do you see the cracks that appear? Would it be rough and irregular? Maybe shell like, smooth and curved? Or maybe jagged and sharp edged like broken metal Forming elongated splinters Breaking like clay or chalk? Our future is to live […]

06-03-2017

I Will Burn Myself Again and Again: Notes on the Self-Immolations in Tibet

I am walking thus on the path of light, to become the living proof of truth I am sacrificing myself thus on the face of actuality All my brothers and sisters, young and old, living in misery and sorrow All people throughout the world who love freedom and peace And to you, tyrants of violence, […]

06-03-2017

Visual Script: Vietnam the Movie

—Did you see her? —The lobby was full of people. Police, security, barriers. I realized how ridiculous the situation was. I pictured myself jumping on an Indo-Chinese woman, yelling: “Mama!” So I thought a miracle had to happen. I hoped one of the women would shout: “Etienne, my son!” I waited. A long time.[…]

06-03-2017

A Tragedy in Two Acts

This is a slightly adapted version of a conversation that took place over e-mail in 2006 between art historian Els Roelandt and visual artist Ana Torfs, on the occasion of the first exhibition of Torfs’ installation Anatomy at daadgalerie in Berlin.

06-03-2017

America, de Bry 1590-1634 By Louis Henderson

Whilst sitting in the rare book division of the New York Public Library in Manhattan, awaiting the arrival of an original 1724 edition of Le Code Noir, I picked up another book: America, de Bry 1590-1634. As I moved through the pages, looking at Theodor de Bry’s coloured engravings, I was witnessing documents from history that reported apparent truths about the colonisation of the Americas […]

29-09-2016

The Littoral

The year 2160 is the last year of the legacy-management activities under the Puerto Rico Power Authority and the now-defunct United States Atomic Energy Commission. The decommissioned reactor has been closed for fifty years. It was a model thermonuclear plant for seven years, between 1960 and 1967, but it required too many modifications to work […]